Adhérents

Qui est en ligne ?

Nous avons 30 invitĂ©s en ligne

MeyDIA

Attention, ouverture dans une nouvelle fenĂŞtre. PDFImprimerEnvoyer

Concertation PLM

En mars dernier, MeyDIA et les Verts de Meylan écrivaient à M. Olivier, Vice-Président de Grenoble Alpes Métropole, faisant le bilan (très mitigé) de cette concertation.

Nous avons reçu la réponse suivante qui, bien que restant assez évasive sur les réponses à nos demandes, précise un point important de la démarche (premier paragraphe de la page 2) : Courrier Métro avril 2017 - PLM

Affaire Ă  suivre.


 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenĂŞtre. PDFImprimerEnvoyer

Concertation PLM

Avant la réunion de restitution du mardi 7 mars, les Verts de Meylan et MeyDIA ont rédigé un courrier à l'attention de M. Yannick Olivier, Vice-Président de Grenoble Alpes Métropole, faisant le bilan (très mitigé) de cette concertation.

Ce courrier fait suite à un premier courrier, signé par 28 participants à la concertation.

 

Monsieur le Vice-Président,

Vous avez reçu un premier courrier, daté du 21 janvier et signé par 28 participants à la concertation sur PLM, courrier dont nous étions signataires.
Une dernière réunion s’est déroulée le 2 février sur ce dossier.
Nous souhaitons revenir vers vous sur trois points que nous exposerons lors de la réunion de synthèse de cette concertation prévue le 7 mars prochain

1/ Préserver la zone économique de PLM

Depuis le vote de la Métropole du 1er avril 2016 mettant en place cette concertation, sont intervenus  deux éléments majeurs remettant en cause le choix de transformer en zone urbanisable une majorité de cette parcelle :

  • le PADD qui dans le chapitre Economie donne comme orientation claire de « conforter les pĂ´les stratĂ©giques existants » dont la branche Nord-Est : InovallĂ©e, Domaine Universitaire, CHU. Cette orientation signifie prĂ©server les zones existantes. Lorsque nous avons abordĂ© ce point dans la rĂ©union du 2 fĂ©vrier, l’adjoint de la ville de Meylan nous a rĂ©pondu que la perte de 7 000m² de bureaux serait largement compensĂ©e par les 75 000m² de bureaux supplĂ©mentaires prĂ©vus sur InovallĂ©e. Ces 75 000m² sont un objectif Ă  long terme, dont une grande partie est conditionnĂ©e par l’acceptation par le prĂ©fet de construction en zone inondable (PPRI).
  • le besoin exprimĂ© par Orange implantĂ© sur InovallĂ©e de trouver une nouvelle implantation ; le site PLM est le seul site sur la branche Nord-Est de notre MĂ©tropole permettant de les recevoir d’ici deux ans. Une implantation sur la presqu’ile scientifique serait nĂ©faste Ă  l’équilibre entre les pĂ´les Ă©conomiques et de recherche/dĂ©veloppement sur notre territoire et pĂ©naliserait les salariĂ©s habitant en majoritĂ© Meylan et le GrĂ©sivaudan. Une implantation sur Montbonnot serait un handicap pour notre MĂ©tropĂ´le.

Ces deux éléments démontrent le besoin de conserver les deux bâtiments principaux de PLM pour y accueillir, au moins à court terme, de l’activité économique.


2/ Construction de nouveaux logements sur Meylan

Le besoin de constructions de nouveaux logements sur Meylan est un objectif auquel nous souscrivons.
Depuis le lancement de la concertation, nous avons appris que la Société Générale allait quitter son site de Meylan, et donc libérer de l’espace le long de l’avenue de Verdun en face de PLM et que l’État souhaitait vendre le terrain de la faculté de pharmacie, situé à environ 200m de PLM.
La ville de Meylan vient de démarrer l’Acte2 de son « projet de ville » dont les conclusions viendront enrichir le PLUI. Les besoins en nombre de logements (et en type de logements) y seront débattus, de même que la localisation de ces logements.

Il est prématuré d’engager de manière irréversible la modification du PLU de Meylan, autorisant l’aménageur CODEVIM à construire plus de 500 logements sur ce site. Il est au contraire nécessaire d’attendre la fin de cette démarche pour prendre une décision sur le nombre de logements constructibles.

3/ DĂ©marche de concertation

La concertation sur le projet PLM aura été d'une grande qualité dans les échanges et les propositions faites. Il faut rendre hommage aux participants et oeuvrer à réutiliser explicitement le matériau ainsi produit.
Mais cette concertation s'est trouvée biaisée puisque en permanence centrée sur le projet présenté par CODEVIM. Les points d’entrée non négociables de la concertation étaient :

  • zone Ă©conomique limitĂ©e au secteur sud, avec destruction du bâtiment PLM-F
  • construction de plus de 500 logements
  • forme urbaine privilĂ©giant une construction en hauteur et libĂ©rant ainsi des espaces libres, sans que l’étude d’autres formes urbaines soit sĂ©rieusement Ă©tudiĂ©e (il aurait fallu confier cette Ă©tude alternative Ă  un autre amĂ©nageur)

L’enjeu autour de ce terrain situé sur une position stratégique pour Meylan aurait nécessité une concertation préalable plus globale :

  • nombre de logements en tenant compte des autres projets Ă  proximitĂ©
  • possibilitĂ© de construire des logements en prĂ©servant le bâtiment PLM-F
  • autres formes urbaines possibles
  • crĂ©ation et usage d’espaces publics de proximitĂ© pour les habitants de cette parcelle mais aussi pour les habitants situĂ©s de l’autre cĂ´tĂ© du chemin des sources…

Nous entendons traiter ces points lors de la concertation sur le « projet de ville » de Meylan.


En conclusion, nous souhaitons que l’évolution de l’urbanisation de Meylan se traite en conciliant les objectifs de la Métropole exprimés dans le PADD et les souhaits des meylanais de préserver un urbanisme de qualité.
Nous pensons que c’est possible en intégrant le projet PLM dans cette démarche globale qui va se construire avec l’acte2 du « projet de ville » meylanais et la construction du PLUI metropolitain.
Nous vous proposons que tous les éléments positifs de la concertation engagée le 1er avril 2016 soient pris en considération et qu’ils soient intégrés dans cette démarche globale à laquelle nous souscrivons pleinement.
Nous vous demandons donc :

  • de ne pas donner suite Ă  la demande de la ville de Meylan d’élargissement du pĂ©rimètre de renouvellement urbain permettant d’engager la rĂ©alisation d’un programme d’habitat sur la partie Nord du site PLM
  • de proposer au bilan de la concertation, qui sera dĂ©libĂ©rĂ© Ă  un prochain Conseil Communautaire de Grenoble-Alpes MĂ©tropole, que l’évolution de ce site soit rĂ©flĂ©chie globalement lors de l'Ă©laboration du PLUI en cours, en prĂ©servant une vocation Ă©conomique Ă  cette parcelle, conformĂ©ment au PADD arrĂŞtĂ© par la MĂ©tro.
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenĂŞtre. PDFImprimerEnvoyer

Cheminement piéton sur le chantier "Les Sources 2"

Dans notre journal n°98, nous vous parlions du passage pour les piétons et les cycles sur le chantier "Les Sources 2". Suite à une intervention d'un de nos élus, une réunion a eu lieu sur place avec la mairie et Grenoble-Habitat.

Un cheminement piéton a été mis en place provisoirement en déplaçant les grillages... Pendant les travaux de gros oeuvre (de janvier à juin 2017 environ), il sera de nouveau condamné pour des raisons de sécurité pleinement justifiées.

La mairie regarde actuellement pour flécher le passage via la copropriété située au sud du chantier pendant cette période. Une fois ces travaux de gros oeuvre terminés, ce passage sera de nouveau accessible. Nous resterons vigilants pour qu'il le soit réellement aux piétons et aux cycles pendant la suite du chantier... et non envahi par du stationnement des véhicules des entreprises qui interviennent sur le chantier...

 

 

   

Attention, ouverture dans une nouvelle fenĂŞtre. PDFImprimerEnvoyer

MeyDIA a Ă©crit Ă  Mme C. Hanna

Courrier adressé à Mme Chaza Hanna, élue en charge de l’urbanisme. Mme Hanna, qui se réclame du concept de porosité dans la ville (création de cheminements accueillant les mobilités douces cycles/piétons permettant de traverser au milieu du bâti), a pourtant signé une modification d’un permis de construire autorisant le remplacement d’une haie par un mur dans un nouveau lotissement du Charlaix.

Ainsi, les futurs habitants seront obligés de faire un grand détour pour rejoindre la ligne C1 alors qu’ils en sont proches.

 

Meylan, le 30 novembre 2016

Madame,

Je viens de consulter le Permis de Construire modificatif n° 038 22914 10024 du "lotissement Esprit Village"sur le quartier Charlaix déposé le 14.06.2016.

J'ai noté dans le paragraphe synthèse des modifications :

  • "collectif - 6 - CrĂ©ation d'un mur en limite sud-est en bĂ©ton"
  • "villas - 4 - crĂ©ation d'un mur pĂ©riphĂ©rique peint teinte ton pierre clair et suppression de la haie limite sud-est"

Le permis de construire initial permettait d'envisager une ouverture sur le sud-est permettant :

  • un accès vers les espaces de jeux situĂ©s de l'autre cĂ´tĂ© de la sĂ©paration
  • un accès beaucoup plus direct vers le probable futur arrĂŞt de bus de la C1 "Meylan-Maupertuis", une fois le prolongement de la C1 vers Montbonnot rĂ©alisĂ©.

Alors que le terme "porosité" est un enjeu du PLUi, je suis étonné que vous ayiez signé cette demande modificative.
Je vous demande donc de revoir avec les maitres d'ouvrage et l'architecte, la modification de leur projet pour permettre une ouverture piétons/cycles sur le côté sud-est.

Capture decran_2016-12-11_a_09.50.17

 

Capture decran_2016-12-11_a_09.50.30

 

   

Attention, ouverture dans une nouvelle fenĂŞtre. PDFImprimerEnvoyer

MeyDIA a écrit à M. Guiguet à propos de la situation des réfugiés

Courrier adressé à M. Guiguet, Maire de Meylan, pour lui faire part de notre « colère » face au manque de solidarité de notre commune. Meylan ne prend pas sa part dans l’accueil de réfugiés contrairement à beaucoup d’autres communes limitrophes, certaines étant bien moins « aisées » que Meylan.

 

Meylan, le 5 décembre 2016

Monsieur le Maire,

L’Europe est actuellement secouée par une crise humanitaire de grande ampleur. De nombreuses familles quittent leur pays pour fuir les persécutions religieuses, l’oppression politique et la guerre et cherchent refuge en Europe en dépit d’un voyage dangereux dont l’issue est incertaine.

L’accueil des réfugiés est du rôle de l’État au titre de sa compétence régalienne pour la prise en charge des demandeurs d’asile. En France, le droit d’asile a une valeur constitutionnelle.

Mais face à l’importance du nombre de personnes entrant en Europe pour y demander asile, les collectivités publiques et notamment les communes peuvent s’inscrire dans une acte de solidarité républicaine en contribuant à l’accueil de réfugiés.

Beaucoup de communes, y compris les plus petites de notre territoire et proches de nous comme Grenoble, Saint-Martin d’Hères, Biviers, Montbonnot Saint-Martin, Crolles actent, en délibérant au sein du conseil municipal, l’accueil de réfugiés sur leur commune.

Les communes peuvent en effet mettre à disposition des bâtiments pour créer des lieux d’hébergement à disposition des demandeurs d’asile pendant l’instruction de leur demande, mettre à disposition des logements pérennes pour les demandeurs d’asile ayant acquis le statut de réfugiés après instruction de leur dossier, mais également recenser et encourager les initiatives locales permettant d’offrir un accompagnement social complémentaire de celui organisé par l’État.

Choqués par l’inaction de notre commune face au drame des réfugiés, comme nombre de Meylanais quelles que soient leurs convictions politiques, nous vous demandons que la ville de Meylan prenne enfin sa part dans l’accueil et l’accompagnement des réfugiés et qu’elle initie avec les Services de l’Etat, les bailleurs sociaux, les associations volontaires et les particuliers les partenariats indispensables à la réussite de leur accueil.

Avec l’expression de notre considération distinguée

   

Attention, ouverture dans une nouvelle fenĂŞtre. PDFImprimerEnvoyer

Meylan fait (encore) le choix de
la voiture au détriment des Transports Publics

 

Les élus de Meylan (MM. Guiguet et Peyrin (Vice Président du SMTC !)) ont décidé de ne pas mener à son terme l'expérimentation de couloirs de bus sur l'avenue de Verdun.

La thrombose de la circulation automobile annoncée par certains, dont JC Peyrin, ne s'est pas produite. Quelques ralentissements ponctuels ne peuvent masquer que la circulation automobile est restée globalement fluide sur cet axe, chacun a pû le constater.

Les quelques secondes de perdues par quelques centaines d'automobilistes le matin ont pesé beaucoup plus dans la balance que les 30 secondes perdues par les 10 000 usagers quotidiens de la ligne Chrono C1, sans compter ceux des lignes 13 et 6020.

Ces automobilistes vont donc pouvoir arriver quelques secondes plus tôt le matin dans les bouchons de la rocade sud ou aux entrées de Grenoble !

Ce couloir de bus expérimental constituait une première étape en vue de la création d'un site propre pour la ligne C1, permettant à cette ligne d'avoir une vitesse commerciale améliorée et une meilleure régularité ; des éléments d'attractivité pouvant conduire des automobilistes à laisser leur voiture au profit du bus... ce qui aurait pû contribuer à la réduction du trafic automobile et de ses nuisances.

Les élus de Meylan prennent le risque, avec cette décision, de retarder, voire geler pour plusieurs années, les projets d'amélioration de cette ligne. Les usagers de la ligne C1, habitants et travaillant sur Meylan, apprécieront !

C'est un mauvais coup pour l'attractivité de Inovallée : la qualité de desserte en transports publics des zones d'activités devient un critère de plus en plus important pour les entreprises qui ont pris le tournant du développement durable et de la lutte contre le changement climatique.

 

Les élus de Meylan ne l'ont pas encore compris. Quel dommage !


 

 

 

   

Page 1 sur 3